11 février 2021

Tunisie : La vague de contestation autour du 10e anniversaire de la révolution du jasmin «est faiblement structurée et tient plutôt de la logique de l’émeute et du mouvement non organisé». Une analyse de la situation socio-politique de la Tunisie par Mohamed Kerrou, prof de sciences politiques à l’Université de Tunis El Manar. «À défaut d’un coup d’État que certains appellent publiquement de leurs vœux ou d’une réforme émergeant de l’intérieur du système, le pourrissement de la situation politique amènerait une généralisation de la violence et un échec de l’expérience de transition de l’autoritarisme vers la démocratie.»
https://theconversation.com/le-mecontentement-populaire-en-tunisie-indique-t-il-un-nouveau-vent-revolutionnaire-154424

Élections présidentielles africaines 2021. Carte de l’Afrique avec les pays avec élections présidentielles en 2021 mis en exergue.
https://issafrica.org/fr/espace-media/videos-et-infographies/elections-presidentielles-africaines-en-2021?utm_source=BenchmarkEmail&utm_campaign=ISS_Weekly_FR&utm_medium=email

Mali: Le Premier ministre Moctar Ouane a discuté pendant 4 heures avec «la classe politique» malienne pour les désormais impliquer dans l’organisation des futures élections et le processus des réformes institutionnelles. Un cadre de concertation va être créé.
https://www.rfi.fr/fr/afrique/20210210-mali-le-premier-ministre-rencontre-la-classe-politique-pour-parler-de-la-transition

Mali: Pour la première fois depuis 2015, le Comité de suivi de l'accord d'Alger doit se réunir à Kidal ce jeudi 11 février. En préparation du sommet du G5 Sahel à Ndjamena, Bamako veut envoyer le signal d'une normalisation. Mais le statut de Kidal même reste un sujet sensible, ce fief de l’ex-rébellion serait toujours aux mains de la CMA, la Coalition des mouvements de l'Azawad, selon certain.e.s.
https://www.rfi.fr/fr/afrique/20210211-mali-kidal-accueille-la-premi%C3%A8re-r%C3%A9union-du-comit%C3%A9-de-suivi-de-l-accord-d-alger-depuis-2015

Mali : L’attaque sur une base de la Minusma (Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation au Mali) d’hier 10 février près de Kerena dans les environs de Douentza a fait 28 blessé.e.s, dont 9 sont dans un état grave, tous des casques bleus togolais. Un camion chargé d’explosifs conduit par un kamikaze a tenté de se diriger vers une cuve d’essence, mais les militaires, en tirant sur le véhicule, l’ont fait exploser avant, sinon le bilan serait encore plus lourd. Le contingent togolais, un des plus importants de la Minusma, compte 1.100 membres.
https://www.rfi.fr/fr/afrique/20210211-mali-le-contingent-togolais-de-la-minusma-une-nouvelle-fois-cible-d-une-attaque

Comores/France : En juillet 2019, un accord a été signé entre les deux pays pour encadrer l’immigration comorienne à Mayotte, île comorienne restée française, en échange de 130 mio € d’aide au développement. Mais trop de Comorien.ne.s continuent d’arriver à Mayotte. Sur les deux dernières années, la France a reconduit 40 000 aux frontières. Malgré cela, près de la moitié de la population de Mayotte reste de nationalité comorienne.
https://www.rfi.fr/fr/afrique/20210211-tensions-entre-les-comores-et-la-france-%C3%A0-propos-de-l-immigration-clandestine

RDC: Un podcast de RFI. Depuis 2017, un moratoire interdit la coupe du bois rouge et n’autorise que l’exportation du bois coupé avant. Des exploitants forestiers réclament la levée des restrictions. Mais selon le ministère de l’environnement, il faut d’abord écouler les 72 000 m3 du bois rouge encore en stock.
Une reprise de l’exploitation ne devrait en tout cas se faire sans une réforme des méthodes de contrôle afin d’éviter les trafics illicites ainsi que la surexploitation. Jusque-là, il n’y a aucune traçabilité.
https://www.rfi.fr/fr/podcasts/afrique-%C3%A9conomie/20210210-rdc-faut-il-%C3%A0-nouveau-autoriser-l-exploitation-du-bois-rouge

10 février 2021

Sénégal/Casamance : Les bombardements de l’armée sénégalaise sont venus à bout des principales bases du front sud du Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC), mais de l’autre côté de la frontière, à proximité de ces camps détruits, des centaines d’hectares d’anarcadiers et de sésame appartenant à des paysans bissau-guinéens sont aussi partis en fumée.
https://www.rfi.fr/fr/afrique/20210209-crise-en-casamance-le-d%C3%A9sarroi-des-paysans-bissau-guin%C3%A9ens
Voir aussi : https://www.rfi.fr/fr/afrique/20210210-s%C3%A9n%C3%A9gal-l-arm%C3%A9e-en-op%C3%A9ration-sur-le-front-sud-%C3%A0-la-fronti%C3%A8re-bissau-guin%C3%A9enne

Sénégal : Le gouvernement vient d’enclencher la procédure pour la levée de l’immunité parlementaire de l’opposant Ousmane Sonko accusé de viol avec menace par une femme qui travaille dans un salon de massage. Le bureau de l’Assemblée nationale doit se réunir le 11 février. S’il donne son accord, une commission ad hoc sera formée, l’accusé sera entendu et une décision sera prise en plenière.
https://www.rfi.fr/fr/afrique/20210209-s%C3%A9n%C3%A9gal-l-opposant-ousmane-sonko-vis%C3%A9-par-une-proc%C3%A9dure-de-lev%C3%A9e-l-immunit%C3%A9-parlementaire

Somalie : D’après ce qui était prévu, les chefs de clans, la société civile et les autorités régionales nommeraient les députés d'une chambre basse du Parlement, dont 30% de femmes et les parlements régionaux nommeraient les sénateurs de la chambre haute. Ensuite, une session commune des deux chambres élirait le nouveau président pour quatre ans. Mais le Parlement n'a pas pu été constitué – deux États, le Puntland au nord et le Jubaland au sud, faisaient obstruction, accusant le président sortant de placer ses partisans dans les commissions électorales.
La vraie raison du désaccord serait que Farmajo, le président sortant, voudrait un État plus centralisé (avec lui-même comme chef d’Etat) et les chefs régionaux ne veulent pas perdre leurs pouvoirs.
https://www.rfi.fr/fr/afrique/20210209-somalie-les-raisons-de-la-crise-politico-%C3%A9lectorale

Côte d’Ivoire : Les habitant.e.s de Similimi (nord-est du pays) ont porté plainte devant la Cour de justice de la Cédéao contre leur État, estimant qu’il a failli à son devoir de protection et de relocalisation face à pollution des sols et la destruction de l’environnement causées par l’exploitation de manganèse par la compagnie minière MBSA.
https://www.rfi.fr/fr/podcasts/afrique-%C3%A9conomie/20210209-cote-d-ivoire-un-village-porte-plainte-contre-l-%C3%A9tat-pour-pollution

Ghana : 17 parlementaires et 151 membres du personnel ont été testé.e.s positifs au nouveau coronavirus. Le parlement ghanéen va être fermé pendant trois semaines. Le Ghana est en train de subir une deuxième vague de Covid-19, très virulente. Le pays compte plus de 73 000 cas et près de 500 décès.
https://www.rfi.fr/fr/afrique/20210210-covid-19-le-parlement-ghan%C3%A9en-ferm%C3%A9-pour-3-semaines-en-raison-de-nombreuses-contaminations

Nigeria/Niger : Les travaux de construction d’une ligne de chemin de fer de 284 km entre Kano (nord du Nigéria) et Maradi (sud du Niger) ont été lancés. Les travaux sont censés durer 32 mois et coûter 2 mrd USD.
https://www.rfi.fr/fr/afrique/20210210-nigeria-lancement-du-colossal-chantier-de-voie-ferr%C3%A9e-entre-kano-et-maradi-au-niger

Nigeria : Le chef de gang qui a conduit l’enlèvement de 344 élèves au nord-ouest du pays fin 2020 et cinq de ses lieutenants ont rendu les armes suite à un accord d’amnistie avec le gouverneur de l’État de Zamfara. Beaucoup doutent de la sincérité des ex-bandits, même s’ils ont juré sur le Coran de ne pas revenir aux anciennes pratiques.
https://www.rfi.fr/fr/afrique/20210210-nigeria-le-chef-d-un-des-gangs-ayant-kidnapp%C3%A9-plus-de-300-%C3%A9coliers-rend-les-armes

Congo-Brazzaville : Huit candidats ayant déposé 25 mio de F Cfa de caution disputeront les élections présidentielles du 21 mars. Denis Sassou-Nguesso en est le doyen – à 77 ans, il gagnera sans doute son 4e mandat.
https://www.rfi.fr/fr/afrique/20210210-congo-b-huit-candidats-dans-la-course-%C3%A0-la-pr%C3%A9sidentielle-du-21-mars

Mali/Sahel/France : Selon le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, concernant l’accord d’Alger signé en 2015, «jamais il n'y a eu derrière de volonté politique de le faire aboutir». Et c’est maintenant seulement, quand la question est discutée au Sénat français en préparation du sommet de N’Djamena, que Le Drian s’en rend compte ?
Selon la ministre française des Armées, Florence Parly, Barkhane va rester pour le moment même s’il se pourrait que «les modalités de notre intervention évoluent».
https://www.rfi.fr/fr/afrique/20210210-sahel-la-france-appelle-%C3%A0-un-sursaut-diplomatique-et-politique