11 octobre 2021

Burkina Faso : Le procès de l’assassinat de Thomas Sankara le 15 octobre 1987 s’ouvre aujourd’hui lundi à Ouaga2000. 14 personnes sont inculpées (dont Blaise Compaoré et Hyacinthe Kafando seront jugés par contumace). Plus de 60 témoins, entendu.e.s en préparation du procès, pourraient être appelé.e.s à la barre. Le dossier dépasse les 20.000 pages de documents. Le dispositif sécuritaire est exceptionnel.
«Un grand dialogue pour la réconciliation au Burkina doit s’ouvrir le 17 janvier prochain.»
https://www.rfi.fr/fr/afrique/20211011-burkina-un-dispositif-s%C3%A9curitaire-exceptionnel-pour-le-proc%C3%A8s-de-l-assassinat-de-sankara
https://www.rfi.fr/fr/afrique/20211011-assassinat-de-thomas-sankara-enjeux-et-limites-d-un-proc%C3%A8s-historique

Burkina Faso : A peine commencé, aussitôt reporté – le procès assassinat Thomas Sankara a été renvoyé au 25 octobre – deux avocates de la défense commises d’office n’avaient pas eu assez de temps pour s’imprégner du dossier. On sait déjà que le procès ne sera pas filmé comme l’avaient demandé les parties civiles, l’autorisation a été refusée par la cour.
https://www.rfi.fr/fr/en-bref/20211011-burkina-faso-le-proc%C3%A8s-des-auteurs-pr%C3%A9sum%C3%A9s-de-l-assassinat-de-thomas-sankara-renvoy%C3%A9-au-25-octobre

Mali : Après la libération de la sœur colombienne Gloria Cécilia Narvaez – n’est-il pas temps de s’occuper de la libération des otages maliens ?
https://www.rfi.fr/fr/afrique/20211011-lib%C3%A9ration-de-s%C5%93ur-gloria-les-proches-des-otages-maliens-se-r%C3%A9jouissent-mais-s-interrogent

Niger : Dans le cadre du Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ/à l’origine des Panama Papers/2016 et des Paradise Papers/2017), une enquête sur l’attribution de permis miniers à des sociétés russes au Niger vient d’être publiée. Il y aurait eu «collusion entre les sociétés russes et la présidence de la République. Que ce soit sous le régime du président Tandja ou sous le régime d’Issoufou Mamadou.»
https://www.rfi.fr/fr/afrique/20211011-pandora-papers-au-niger-r%C3%A9v%C3%A9lations-sur-des-attributions-douteuses-de-permis-miniers-%C3%A0-des-soci%C3%A9t%C3%A9s-russes

Tunisie : Depuis la chute de Ben Ali, le secteur de la sécurité n’a pas été réformé. Et ces derniers temps, «la répression des mouvements de protestation s’est faite plus brutale, plus massive». Un podcast/grand reportage RFI de 19’30’’.
https://www.rfi.fr/fr/podcasts/grand-reportage/20211011-tunisie-la-r%C3%A9publique-des-flics-l-h%C3%A9ritage-toujours-vivant-de-ben-ali

Tunisie : Le nouveau gouvernement a prêté serment au palais de Carthage aujourd’hui lundi. 9 femmes parmi les 25 membres plus la Première ministre Najla Bouden-Romdhane. Des proches du président occupent des postes clés comme l’Intérieur et la Justice. Et il y a beaucoup d’universitaires dans ce gouvernement – cela aussi est vu comme un penchant de Kaïs Saïed.
https://www.rfi.fr/fr/en-bref/20211011-tunisie-le-nouveau-gouvernement-de-najla-bouden-romdhane-a-pr%C3%AAt%C3%A9-serment

10 octobre 2021

Tchad : Wakit Tama, coalition d’opposition et de la société civile, avait eu sa manifestation contre la gestion des autorités de transition interdit pour «risques de troubles à l'ordre public». Police et militaires avaient été déployés en force depuis le lever du jour. Ce n’est qu’en groupes d'une dizaine de personnes chacun que les manifestants ont bravé les tirs à gaz lacrymogène, avec «pneus brûlés et des coups de sifflets à Habena, Atrone et Walia avant de se disperser». Selon Wakit Tama, il y aurait eu au moins 10 blessés par tirs de lacrymogènes ainsi que 45 arrestations.
https://www.rfi.fr/fr/afrique/20211009-tchad-une-marche-de-wakit-tama-en-ordre-dispers%C3%A9

Djibouti : La Ligue djiboutienne des droits humains (LDDH) dénonce des arrestations «arbitraires et illégales» – depuis septembre une vingtaine de personnes auraient été arrêtées, surtout parmi les nomades du nord et sud-ouest du pays. Ce serait pour dissuader les adhésions au Front pour la restauration de l'unité et la démocratie (FRUD), un groupe armé rebelle. Face à l’augmentations de tels adhésions par des jeunes, il s’agirait d’«un signe de fragilisation du régime» d’Omar Guelleh, réélu en avril pour un 5e mandat.
https://www.rfi.fr/fr/afrique/20211010-djibouti-les-arrestations-arbitraires-et-ill%C3%A9gales-se-multiplient-selon-la-lddh